Toby Price, vainqueur du Dakar 2019 : « La joie est plus forte que la douleur »

Article publié le 18/01/2019.

Trois ans après être devenu le premier vainqueur australien du Dakar, Toby Price s’impose à nouveau sur sa KTM 450, en ayant lutté contre la douleur croissante d’une blessure du scaphoïde encore un peu trop fraîche au départ du rallye.

En 2015, un jeune molosse australien à la carrure de troisième ligne centre débarque sur le rallye tel un ovni. Toby Price est alors une référence chez lui mais encore un inconnu à l’échelle planétaire du Dakar. On le sait rapide, il maitrise en plus les doux plaisirs de la navigation sud-américaine, sans jamais craquer en route vers une impressionnante troisième place.

Une année plus tard, installé au sein du team officiel KTM, Price fait plus que confirmer en devenant le premier Australien, toute catégories confondues, à remporter le Dakar, et ce dès sa deuxième participation. Logiquement favori du Dakar 2017, le pilote subit un terrible coup d’arrêt dès la quatrième étape, se brisant le fémur. Une blessure qui prend naturellement du temps à se résorber si bien que Price débarque au départ de son quatrième Dakar avec très peu de préparation et sans avoir disputé la moindre course.

Dans ces conditions, sa troisième place finale l’an dernier à Cordoba est accueillie comme un exploit. Les mois de souffrance sont à présent derrière lui et à 31 ans, il fait à nouveau figure de candidat à la victoire d’autant qu’il a décroché cette année son premier sacre de champion du monde FIM avec au passage un succès sur le Rallye du Maroc.

Et ne soyez pas surpris de voir Price un jour participer au Dakar en voiture. Cette année, ce passionné de pickup survitaminé a entrepris un doublé historique à la Finke Desert Race en Australie, s’imposant à moto (pour la 6ème fois) avant de devoir abandonner au volant de son trophy truck. En Novembre, il s’est en outre attaqué à la fameuse Baja 1000, partageant la voiture de Bryce Menzies. Et même si l’Australien a heurté le véhicule d’un spectateur, le duo a tout de même décroché une belle 5e place.

« C’est fou ce Dakar. Et fou de penser que j’ai passé toute la course sans remporter d’étape jusqu’à ce matin, mais que j’arrive tout de même à gagner. Je suis totalement sur la lune. Ça a été 10 jours très long. Je pensais que je risquais peut-être de faire seulement deux étapes et quitter le rallye. Mais j’ai reçu énormément de soutien d’Australie, et j’ai continué à y croire.

J’ai l’impression qu’il y a cinq personnes qui roulent sur mon poignet en permanence, ce n’est vraiment pas confortable, mais au bout du compte quand il y a la victoire, la douleur disparait. La joie est plus forte que la douleur.


Je ne suis pas le boss, il y a tellement de pilotes capables de gagner le Dakar. On le voit nous étions tous à la bagarre avec des écarts très minces. Quintanilla aurait pu gagner, tout comme Matthias (Walkner) ou alors Kevin Benavides, qui a fait du très bon travail. Je ne sais pas si je suis un guerrier, mais je n’abandonne jamais, c’est tout. J’aime être là, j’aime cette famille du Dakar, j’aime cette équipe KTM, c’est aussi pour tout cela que je m’accroche. »

Consultez le classement de l'épreuve.

 

 

 

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS