Legends & Bikes: Jon Bon Jovi

Article publié le 17/06/2021.

A gang, not a band!

Une fois n’est pas coutume, ce mois-ci, avant de parler de la star, je commencerai en faisant la part belle à celui sans qui la carrière de Bon Jovi eut sans doute été différente. Membre (quasi) fondateur du groupe Bon Jovi, Richie Sambora est un très grand guitariste. Mais toute sa vie, il restera un «lieutenant» de l'un des groupes de rock les plus adulés au monde.

Texte Marc Ysaye - Photos Archives A. Herl

 

Richie Sambora est à l’origine de quelques titres devenus incontournables pour toute une génération. Sans lui, Jon aurait sans doute rencontré un peu plus de difficultés, malgré son énorme talent. Si, d'après ce que l'on dit, derrière chaque grand homme, il y a une femme ; c'est une constante dans le rock, derrière chaque grand chanteur il y a souvent un grand guitariste. Qu’auraient été David Bowie sans Mick Ronson, Ian Anderson (Jethro Tull) sans Martin Barre, Elvis Presley sans Scotty Moore ou John Francis Bongiovi sans Richie Sambora? Ces artistes auraient certainement fait carrière. Mais celle-ci n’aurait peut-être pas été  aussi flamboyante sans leur «team mate». J’ai eu l’occasion de rencontrer Jon Bon Jovi plusieurs fois. Je me souviendrai toujours de cette phrase qu’il m’avait sortie au cours d’une interview à New York, il y a une vingtaine d’années: «Bon Jovi is not a band. It’s a gang!» Ça n’a l’air de rien comme cela mais cette définition en dit long sur l’esprit d’équipe au sein de la bande. C’est lourd de sens et la différence entre «band» et «gang» se veut immense et ténue à la fois. En même temps, quel raccourci magnifique pour qualifier son groupe!

J’avais été très interloqué par cette phrase. Un peu comme lorsque Robert Plant m’avait dit un jour à propos de son groupe «Led Zeppelin was "brave and honnest"…» Ce genre de moment laisse des traces! Richie Sambora finira néanmoins par quitter le navire Bon Jovi en 2013. Mais ce n’est pas très important, finalement. Ce qui compte, c’est ce qui a été écrit. Pas ce qui se passe dans le présent avec ce genre de dinosaures. En 2012, juste avant son départ, le guitariste publie un album intitulé «Aftermath of the Lowdown». Au niveau des paroles, il aborde des problèmes universels mais qui lui sont propres: le divorce, la toxicomanie, la monoparentalité, l’égo, l’indépendance et l’autonomie. «Beaucoup de choses se sont passées dans ma vie au cours des trente dernières années ; des trucs personnels et écrire mes propres textes m’a aidé à les faire sortir d’une belle façon», dit Sambora. En passant, Richie a été sacré «Guitariste le plus sexy du monde» par les lecteurs du magazine Glam’mag, en juillet 2014. Richie était fan de moto et en a possédé plusieurs, vous vous en doutez.

(...)

Découvrez la suite de cette chronique Legens & bikes de Marc Ysaye dans le nouveau Moto 80 #847. Un magazine que vous trouverez encore dans toutes les bonnes librairies! 

 

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS