Essai Comparatif BMW F 900 R vs Triumph Street Triple S A2

Article publié le 04/09/2020.

Cœur de cible!

Il est plus qu’urgent pour les constructeurs de motos d’arriver à attirer de nouveaux clients, car les motards actuels vieillissent. Et ce ne sont pas les maxitrails ou les roadsters à 200 bourrins qui risquent de séduire un primo-arrivant sur deux-roues! Mieux vaut leur proposer des machines au gabarit contenu, pas trop intimidantes mais séduisantes malgré tout. En voici deux.

Texte Bruno Wouters - Photos Jonathan Godin

Ce créneau du roadster de moyenne cylindrée constitue un précieux cœur de cible pour nos deux constructeurs au vu des immatriculations et ce, pour deux bonnes raisons. Si le segment trail caracole en tête du marché avec 17% des immatriculations devant les scooters de moins de 125cc (14,5%), le segment roadster suit immédiatement avec 12,1%, une part non négligeable du gâteau, et donc une première bonne raison d’essayer d’écouler ses machines comme des petits pains. Si les constructeurs japonais maîtrisent le sujet avec une offre pléthorique et variée, les européens ne s’endorment heureusement pas sur leurs lauriers et leurs élitistes machines! Ils ont bien compris, eux aussi, que leur salut passait par un élargissement de leur clientèle et une augmentation des ventes. Voici donc une deuxième bonne raison.

Et rien que pour les roadsters, l’essence même de la moto, chacun y va de sa proposition: d’Aprilia à MV Agusta, en passant par Ducati, Moto Guzzi ou les fausses jumelles KTM et Husqvarna! Chez Triumph, on peut se la jouer vintage ou sportive, avec la Street Twin ou la Street Triple, le modèle le plus abordable du constructeur britannique, tandis que BMW s’est décidé cette année de remplacer sa vieillissante F 800 R par une plus primesautière F 900 R constituant, hormis la modeste G 310 R, le ticket d’entrée teuton. Ne cherchez pas plus loin l’objet de notre comparatif: que valent les tickets d’entrée des constructeurs «premium» et, dans la foulée, quel plaisir attendre d’une moto «A2» limitée à 35kW?

Car oui, la Triumph Street Triple S est livrée compatible A2, avec une puissance limitée à 47,6ch. Il faudra apporter la machine chez un concessionnaire Triumph pour délivrer la puissance maxi de 95ch, soit 70kW. Pour rappel, une moto «A2» full power peut uniquement développer, au maximum, le double de la puissance bridée et son rapport puissance/poids ne peut dépasser 0,2kW/kg, soit un minimum de 175kg (en ordre de marche).

Avec ses 168kg à sec, la Street Triple s’en approche. Triumph a remis à jour sa gamme de Street Triple pour 2020, avec des ambitions bien définies. La RS s’adressera aux plus exigeants, ceux qui ont bien compris que la plus grosse n’est pas spécialement la meilleure, la R pour ceux qui cherchent le meilleur rapport qualité/prix, et la S qui devient le ticket d’entrée à la marque pour les débutants: une machine valorisante à prix serré! Si la S conserve son triple de 660cc (les autres cubent 765cc), peu de choses la distinguent du reste de la gamme au premier coup d’œil, et seuls les freins avant mettront la puce à l’oreille des plus attentifs.

Pour lire la suite de cet essai comparatif, rendez-vous dans le tout nouveau Moto 80 #838, désormais disponible dans toutes les bonnes librairies!

 

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS