Essai Comparatif exclusif et explosif: 4 motos, 793 chevaux!

Article publié le 09/07/2020.

Ducati Streetfighter V4 S / Kawasaki Z H2 / KTM 1290 Super Duke R / MV Agusta Brutale 1000 RR

Sous le format d'un essai comparatif, nous n'avions plus empoigné les guidons des roadsters les plus puissants de la production actuelle depuis un certain temps. Les planètes s'étant alignées depuis le début de l'année, nous avons pu retrousser nos cuirs. Quatre motos, près de 800 chevaux: si vous aimez être décoiffé sous votre intégral, c'est par ici que ça se passe.

Texte: Bernard Dorsimont et Laurent Cortvrindt

Non, nous ne sommes pas subitement devenus férus d’astronomie. Mais oui, les planètes se sont bel et bien alignées en l’espace de quelques mois. Avant que ne frappe la pandémie de Covid-19, Arnaud Brochier avait eu le temps de découvrir la nouvelle KTM 1290 Super Duke R sur le circuit de Portimao et Bernard Dorsimont avait mis le cap sur Las Vegas, son anneau, son strip et les lignes droites dans le désert environnant pour prendre le pouls de la Kawasaki Z H2. Ensuite, pendant le confinement, l’importateur Benelux de MV Agusta nous a permis de rouler brièvement sur la Brutale 1000 RR. Et dès les levées des mesures de confinement en Belgique, l’importateur Ducati a organisé une présentation de la Streetfighter «presque comme en vrai». Si la rouge de Bologne se veut donc la dernière arrivée dans le réseau, seuls quelques mois la séparent de la présentation de l’autrichienne. Nous aurions pu ajouter une dernière concurrente, à savoir l’Aprilia Tuono V4 1100. Mais concentrons-nous sur les modèles année 2020, nous allons déjà avoir assez de travail comme cela.

Et puisque le mot «concurrente» a déjà été lâché, une précision importante s’impose immédiatement. Le véritable comparatif de ce jour oppose la Ducati Streetfighter V4 S à la MV Agusta Brutale 1000 RR, les deux roadsters directement inspirés par leurs grandes sœurs supersportives: feu les F4 du côté de Varese et la Panigale V4 pour Bologne. L’architecture moteur de la Kawasaki, fondamentalement différente, biaise le comparatif pur et dur. Mais d’un autre côté, vu que la japonaise avance, elle aussi, 200 chevaux sur son CV, contre quels autres gros bras du segment aurions-nous pu l’évaluer? La réponse est simple: aucun! Face à ces monstres, celle que KTM – oui, vous savez, la marque en permanence «Ready to race» – appelle leur «Beast» fait presque pâle figure. Rendez-vous compte: 23 chevaux de moins que la Z H2! Et 31 de moins que les Brutale 1000 et Streetfighter V4 que nous essaierons, respectivement, dans leurs version RR et S. Car oui, chez MV, avec la Serie Oro, figurez-vous qu’il y a encore moyen de «gratter» 4 canassons en plus sur une Brutale 1000 RR. On marche sur la tête… Dernière précision, pour nous épauler dans ce comparo, nos collègues de Motorrijder, Pieter et Jelle, jamais les derniers quand il s’agit de mettre du gaz, ont embarqué avec eux la Brutale du dealer Jarno Motors, merci à lui.

Quelques euros de plus

Autre précision importante, nous allons monter sur une Ducati et une MV Agusta «stock». Et heureusement, elles sont déjà bien assez chères comme cela. Surtout la Brutale 1000 RR dont le tarif, après l'offre de lancement, grimpe encore pour franchir la barre des 30.000€. Un prix très nettement supérieur à nos autres machines, marquant une différence très difficile à justifier, à performances presque similaires, comme nous allons le voir. Chez Kawasaki, si vous aimez les couleurs, il faut rajouter des euros sur la table. En version Black, la Z H2 s'acquiert contre 17.599€. Pour la touche Red, on passe à 18.049€ et pour le Green comme sur notre machine, on monte à 18.249€. Pas insurmontable mais un peu mesquin à ces tarifs, surtout quand on oublie pas la taxe de circulation que l'État belge se fera un plaisir de vous envoyer: 2.478€ pour tout le monde. Ça pique…

(...)

Pour découvrir la suite de ce comparatif complet, sur pas moins de 17 (!) pages, avec toutes les infos, les tableaux comparatifs, etc., rendez-vous dans le nouveau Moto 80 (n°836), qui débarque chez les abonnés et en librairie ce vendredi.

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS