Essai Ducati Supersport 950 S: polyvalence racée!

Article publié le 18/03/2021.

Chez Ducati, l’appellation SS, pour SuperSport, est riche d’histoire et compte quelques modèles qui ont fait date. Un peu oubliée au profit de lignées plus extrêmes, cette gamme à mi-chemin entre sport et tourisme, est réapparue en 2017 avec la SuperSport 939. Aujourd’hui, profitant du passage aux normes Euro 5, le constructeur italien revoit sa copie et pare son évolution de la dernière technologie embarquée.

Texte Bernard Dorsimont

 

 

Par rapport à la première version, le design a été revu et les nouveaux carénages rappellent à présent ceux de la dernière Panigale. Une double aération sur les flancs, à la fois pour mieux refroidir le moteur mais aussi pour un meilleur confort thermique du pilote en été, un bas de carénage prolongé jusqu’aux silencieux et une paire d’ailettes le long du phare viennent renforcer l’identité visuelle de la 950. L’optique avant à LED s’inspire, elle aussi, du modèle emblématique de la gamme et, au final, cette nouvelle 950 SuperSport se révèle une bien jolie machine à la ligne très pure. Partout, les détails sont soignés et la finition de l’ensemble flatte le regard, où qu’il se pose. Deux versions sont proposées. La standard, disponible en rouge Ducati Red et jantes noires brillantes, et pourvue d’une fourche Marzocchi de 43mm et d’un amortisseur Sachs. Ou la S, montée en Öhlins à l’avant (fourche de 48mm) et à l’arrière, pourvue d’un capot de selle et habillée de la même couleur rouge… ou d'une livrée blanche White Silk avec cadre Ducati Red et jantes noires brillantes nécessitant une rallonge de 300€. C’est précisément sur cette dernière version que nous allons évoluer aujourd’hui.

Circuito di Vallelunga

Nous sommes sur le circuit de Vallelunga, au nord de Rome. Ducati à tenu à présenter sa dernière SuperSport sur un tracé de vitesse afin de démontrer que les Panigale ne sont pas les seules machines de la gamme Ducati pour s’adonner aux joies du chrono. Pourvues de couvertures chauffantes, les motos nous attendent et ma première impression, lorsque j’enfourche la 950, va à la position en selle, plutôt agréable. Le guidon, placé au-dessus du té supérieur, évite d'obliger le pilote à se pencher trop en avant comme sur une sportive pure et dure. La selle se montre confortable, elle aussi. En cela, la 950 d’aujourd’hui perpétue la ligne des SS chère à la marque et qui tend à marier au mieux la pratique sportive et l’usage routier. Sur cette nouvelle évolution, je note que l’embrayage reçoit à présent une nouvelle commande hydraulique avec pompe radiale et levier ajustable. La petite bulle peut se régler sur deux positions mais la manipulation s'opère par l’avant, et donc de préférence à l’arrêt. La selle est aussi moins creusée qu’auparavant et plus plate, pour favoriser les mouvements. Autre différence: les tiges des rétros sont désormais allongées de façon à vous permettre d'admirer un autre paysage que celui de vos épaules. Il s'agit, paraît-il, d'une demande des clients.

(...)

Découvrez la suite de cet essai dans le nouveau Moto 80 #844, riche de 200 pages (!), et disponible dans toutes les bonnes librairies.

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS