Essai Ducati XDiavel S - Ducati en Amérique

Par Laurent Cortvrindt. Article publié le 11/04/2016.

Grâce à son courage et à sa perspicacité, Tintin a pu conquérir aisément les États-Unis. Pour Ducati, la tâche s’annonce plus compliquée car la marque italienne s’attaque au marché des cruisers avec une machine un peu particulière. Le défi n’en est que plus beau.

Avec la XDiavel, Ducati propose sa première interprétation du cruiser. Un vrai défi que la marque de Bologne a décidé de relever en changeant sa façon de dessiner et de concevoir une moto tout en mariant son savoir-faire (technologie, puissance) aux incontournables de la conduite d’un cruiser (position, plaisir...). Cette machine sera noire, histoire de marquer le changement d’univers. Elle sera par ailleurs résolument formatée pour l’Amérique du Nord, pour concevoir sa Xdiavel, Ducati a en effet sondé le marché américain, rencontré les plus célèbres préparateurs US, afin de comprendre comment les motards du pays de l’Oncle Sam abordent et «vivent» la moto. Outre le noir, trois chiffres annoncent la couleur de la Xdiavel: «40» (en degrés) pour son angle d’inclinaison maximal ; «60», pour le nombre de combinaisons ergonomiques grâce à 5 selles différentes (standard 755mm, plus haute de 20mm, plus basse de 10mm, version confort ou version cuir), 3 positions de guidon (standard, 25mm en avant ou 25mm en arrière) et 3 positions pour les repose-pieds (espacements de 22,5mm) et «5.000», soit le régime auquel le couple maximal de 131Nm est déjà atteint.

 

US style

Nous voici prêts pour l’Aventure. Avec un grand A, parce que pour souligner l’intérêt que Ducati porte aux USA, c’est dans l’arrière-pays de San Diego que nous sommes invités à cravacher. Mais une fois n’est pas coutume, la Californie oublie son surnom de Golden State, une tempête vient de balayer la région. Il y a un vent à décorner les bœufs, la route est humide et les températures vont osciller entre 3°C et 7°C au cours de la majeure partie de la journée. Idéal pour apprécier le Traction Control et l’ABS… mais pas le DPL. «Klonk», première engagée. Tiens, ce bruit me rappelle quelque chose… Je m’amuse à voir mes collègues «louper» leurs repose-pieds aux premiers feux rouges. Eh oui les mecs, c’est devant que ça se passe. Selle basse, guidon bien large, centre de gravité bas, angle de braquage plus que correct, la maniabilité urbaine de la XDiavel m’étonne positivement. L’embrayage reste un peu dur et le twin cogne quand même pas mal sous les 2.500 tours mais je m’attendais à une bête plus brusque à gérer. Mon trip en Harley autour de Las Vegas m’a appris à apprécier cette position cruiser, les pieds en avant, le buste un peu courbé et les bras bien écartés. Il faut avouer qu’aussi surprenant que cela puisse paraitre, à allure respectable, on ne prend pas trop de vent et le confort général est au rendez-vous. Le fessier est également à l’aise même si, en fin de journée, on regrette que cette selle qui englobe parfaitement le postérieur ne permette pas, justement, d’un peu bouger pour éviter l’ankylose. Ma roue avant se trouve un peu plus loin que je ne le pense et une ou deux fois au feu rouge, vu que nous roulons en gros peloton, je viens caresser la plaque d’immatriculation de la XDiavel devant moi.

 

Low or high

Nous sortons de la ville et notre ouvreur décide de montrer ce que la XDiavel a dans le buffet. Oh my God! On ne nous a pas trompés lors de la conférence de presse. En effet, ce moteur est somptueux. Dès 3.000 tours, ça envoie du très lourd et un couple maximal à 5.000 tours, ce n’est vraiment pas commun. Quelle patate incroyable! Pour enfiler les courbes, c’est entre 3.500 tours et 4.500 tours que la XDiavel se montre la plus souple. Mais du moment que l’on ne laisse pas le régime retomber sous les 3.000 tours, quelle que soit la vitesse engagée, elle reprend immédiatement. Le mode Touring remporte d’ailleurs mes faveurs pour sa plus grande souplesse. Notre ouvreur, en Multistrada, augmente encore le tempo. Sommes-nous réellement sur un cruiser, ou plutôt sur une moto de course? Sur une machine hybride, serais-je tenté de dire. Parce qu’à présent, ça se corse. Non pas que le moteur atteigne sa limite, loin de là. On atteint plutôt celle de la machine. À vive allure, il faut parvenir à inscrire la moto dans les virages et, surtout, garder le cap. Ce que le 240mm à l’arrière ne facilite pas. Pour y arriver, faites comme en GP. Poussez le guidon du côté où vous souhaitez tourner.

La suspension montre aussi ses limites. Ça tape bien dans les lombaires sur les grosses compressions et le dos encaisse plus qu’il n’en faut. Par contre, pour un cruiser, la garde au sol se révèle largement suffisante et la position des pieds, bien en avant, offre un meilleur agrément que sur la Diavel. Un style bien plus «raccord» avec la machine, ce qui nous fait dire que le concept XDiavel est plus abouti. De son côté, le frein avant se montre bien puissant. Mais il fait plonger la fourche, ce qui ne nous aide pas beaucoup vu l’allure sur ce premier tronçon de montagne. Heureusement, le frein arrière brille par son efficacité. D’ailleurs, dans le sinueux, nous n’avons quasiment utilisé que lui, laissant au frein avant la charge de ralentir la machine en ville ou sur les grands axes. Au terme de ce premier galop, un collègue me sort la blague du jour: «C’est la première fois que je conduis une Harley qui pousse aussi fort!», dit-il en souriant. Sous cette boutade se cache quand même une part de vérité… qui démontre surtout que Ducati a réussi son pari. Venir jouer sur les terres de H-D mais avec une machine différente. Je m’interroge quand même en repensant au slogan de Ducati: «Low speed excitement». Hum… Quel est l’intérêt de posséder un cruiser avec une telle cavalerie? C’est en presque indécemment inutile et, durant le lunch, je tourne un peu en rond.

 

Juste tempo

La seconde partie de la journée va apporter des réponses à mes interrogations. L’ouvreur a sans doute forcé sur la sauce barbecue pour ses ribs et, désormais, on se la coule douce. Les journalistes français qui nous accompagnent deviennent fous. Sans doute ont-ils oublié que nous essayons un cruiser. Alors oui, il a 156ch à lâcher. Mais sommes-nous obligés de les faire cravacher non-stop? La réponse est non. Ne pouvons-nous pas profiter un peu du paysage au lieu de jouer à qui a la plus grosse? La réponse est oui, 156 fois oui. Et alors, on découvre un cruiser agréable à conduire et qui se laisse couler paisiblement au gré de la route. «Low speed excitement», of course! Autre remarque, outre cette question de «juste tempo» à trouver, le mauvais temps lors de notre journée d’essai nous aura permis de confirmer nos craintes: le minuscule garde-boue ne protège en rien des projections de l’énorme boudin arrière. Votre dos est trempé en un instant… et on n’imagine même pas le sort de celui d’une éventuelle passagère. Plus embêtant, sur les quatorze motos de notre groupe de journalistes, affichant un gros 700km au compteur, cinq ont connu une journée difficile. Après quelques kilomètres seulement, un confrère se retrouvait déjà sur la touche, pignon de sortie de boîte coulé. Et pour que sa journée soit totalement réussie, sa moto de rechange se coupera régulièrement, à mesure qu’il voudra rentrer dans les menus de l’électronique. Quant aux deux autres motos, dont la mienne, c’est la boîte de vitesses qui jouera avec nos nerfs. Neutrale quasi introuvable, indicateur de rapport engagé parfois dans les choux par rapport à cette même neutrale et points morts entre deux vitesses «pimenteront» quelque peu notre balade. Enfin, faute de terrain de jeu adéquat, nous ne pourrons essayer le fameux Ducati Power Launch… dont on se demande d’ailleurs toujours l’utilité sur la XDiavel. Sur une hypersport et pour le circuit, ok. Mais sur un cruiser et pour la route, ça en devient sacrément antinomique… Enfin, avec 70km avalés furieusement, 80km d’urbain et d’embouteillages et 110km en mode cruising relax, nous avons enregistré un excellent 4,9l pour 100km. Soit une autonomie de plus de 320km. Un très beau résultat en rapport à la cylindrée et à la cavalerie à alimenter.

 

Conclusion

Le marché américain constitue encore un véritable Eldorado pour certains constructeurs. Et Ducati entend bien se tailler une part de ce formidable gâteau. Mais avant d’y parvenir, encore faudra-t-il convaincre une clientèle plutôt conservatrice – on connait l’amour que les Américains portent à «leur» marque – et qui devra sensiblement mettre la main au portefeuille. Parce que d’un point de vue purement «produit», la XDiavel est une réussite. Avec son moteur sensationnel à tous les étages, son impressionnante technologie embarquée et un look aussi moderne que ravageur, elle offre une expérience inédite par rapport à la concurrence. Avec, en outre, ces formidables étendues à parcourir, tous les paramètres sont réunis pour que Ducati marque un beau touchdown chez l’Oncle Sam où l’on ne «vit» pas la moto comme en Europe. Et chez nous, me direz-vous? Je suis plus circonspect... La XDiavel tiendra sans aucun doute le rôle de reine des réunions de motards, tout comme elle comblera les amateurs de pièces d’exception. Mais trouvera-t-elle également sa place auprès des passionnés de cruisers? Sa puissance démentielle et son arsenal technologique ne risquent-ils pas, justement, de les freiner? Premier verdict d’ici quelques mois…

---------------

L’attrait du S

Tarifée 3.000€ plus chère que la XDiavel, la XDiavel S nous a fait littéralement baver. D’abord par sa livrée black glossy beaucoup plus sexy que le noir mat de sa petite sœur. Mais aussi et surtout par les nombreuses pièces spéciales signées Roland Sands (…) qui la rendent encore plus unique, à l’instar de ses jantes absolument sublimes. Tout le reste est identique entre les deux motos, à l’exception du système de freinage, du Bluetooth et de l’éclairage Daytime Running Light (DRL).

Concentré de technologie

La XDiavel est également une solide usine technologique. Outre le twin Testastretta DVT passant à 1.262cc, la bête est également dotée de trois cartographies moteur (Sport 156ch, Touring 156ch et Urban 100ch), un contrôle de traction (8 niveaux de réglage), le Ducati Power Launch (pour réveiller le pilote de dragster qui sommeille en vous), l’ABS de virage ainsi que des phares LED et l’allumage mains libres.

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS