Essai Gamme Sherco Enduro 2020: l'alternative française

Par Bernard Dorsimont. Article publié le 24/09/2019.

Sherco fête ses vingt années d’existence. La marque française voit son chiffre d’affaires en progression constante et compte aujourd’hui plus de 750 points de vente répartis dans le monde entier. Spécialisée au départ dans le trial, Sherco s’est attaquée ensuite à l’enduro avec une certaine réussite. Voyons ce que nous réserve la gamme 2020.

 

Pas moins de sept modèles constituent la gamme Sherco enduro 2020: 125, 250 et 300 2T ; 250, 300, 450 et 500 4T. Excepté la 125, tous ces machines sont déclinées en deux lignes: l’une appelée Racing, l’autre baptisée Factory. Il existe encore une dernière variante dont l’appellation est Cross Country mais il s’agit de machines non homologuées et principalement destinées aux marchés américain et australien.

Ce millésime 2020 n’apporte pas de grands changements ; il évolue plutôt par petites touches. Ainsi, tous les SE (enduro) voient leur système de biellettes amélioré pour l’amortisseur arrière. Le nouvel assemblage est plus étanche et apporte un meilleur guidage. Les frictions sont également réduites.

Les 2T Factory 250 et 300 voient leur manchon de boîte à air revu dans un souci d’améliorer le couple et la réponse moteur. Les rétentions d’huile sont désormais pratiquement absentes grâce à une nouvelle ergonomie. Ces deux modèles sont aussi équipés d’un réservoir d’essence dont la capacité de réserve a été portée à 1,5l et modifié à hauteur du robinet désormais plus accessible.

Au niveau de la gamme Racing et toujours pour les 250 et 300 2T, on note la présence générale d’un kit déco plus agressif et un silencieux avec embout plastique façon carbone fait son apparition. Le gain de poids sur cet élément est de 150g. Les Factory se dotent, quant à elles, d’un nouveau kit déco et de jolies protections de cadre bleues. Elles se démarquent surtout des Racing par des éléments de suspensions Kayaba en lieu et place des WP. La fourche est de 48mm de diamètre et l’amortisseur arrière est de la dernière génération. Également sur les Factory, la couronne arrière est une Afam en acier dont la meilleure qualité offre une plus grande longévité. Enfin, le silencieux est ici un FMF qui lui aussi gagne 150g sur la balance.

Moteurs

Au rayon des blocs propulseurs, tous exhibent une nouvelle peinture couleur manganèse sur les couvercles d’embrayage, les carters d’allumage et les culasses ou couvre-culasses suivant qu’il s’agisse de 2T ou 4T. Le moteur de la 125 est fourni avec une nouvelle valve d’échappement avec réglage de la hauteur. Le profil de son piston diffère également, ce qui apporte une meilleure fiabilité. Enfin, une cartographie repensée améliore les performances à hauts régimes.

Les blocs de la 250 et de la 300 2T évoluent le plus avec des pipes d’admission plus courtes de 15mm (-270g), des boîtes à clapets modifiées et des carters centraux redessinés au niveau de cette même boîte à clapets. Les couronnes d’embrayage sont allégées (-196g) et la lubrification de l’embrayage se voit optimisée. Conséquence: une diminution de l’effort au levier de l’ordre de 20%. Enfin, 40g ont encore été gagnés sur les pignons de sortie de boîte qui sont désormais percés.

Pour les 250 et 300 4T, on remarque un allègement du système de lubrification au niveau des pignons et arbres et une pignonnerie de démarreur plus légère. En outre, l’arbre de sélection de la boîte a été modifié pour une meilleure précision. Les 450 et 500 ont, elles aussi, bénéficié d’une campagne d’allègement puisque 600g ont été récupérés sur le vilebrequin, l’embrayage, les balanciers, les roulements et pignons. Enfin, et pour terminer cette liste de petits détails, la 450 voit sa chaîne de distribution modifiée pour une réduction des frictions.

250 4T très maniable

Nous sommes dans le domaine d’El Pozzo, au nord de Milan et non loin du lac Majeur. Sherco a fait les choses sérieusement et tout le staff technique est présent, assisté de quelques pilotes officiels. Le parcours commence par une courte spéciale banderolée sur prairie avant de s’enfoncer dans les sous-bois pour des passages plus techniques. Comme il s’agit ici d’une présentation de gamme et que les modèles sont nombreux, faire une analyse en détail de chacune des machines s’avère délicat mais quelques tendances se dégagent.

Je prends d’abord les commandes d’une 250 SEF en version Racing. Qualité première de cette machine: sa maniabilité. Normal pour un quart de litre mais elle se montre quand même particulièrement agréable à ce niveau. On la place vraiment où on veut et jouer avec les difficultés du terrain à son guidon constitue un régal. Le moteur manque, par contre, un peu de force et il faut bien le garder dans les tours. En enchaînant directement avec la version Factory, je constate les bienfaits de la ligne Akrapovic qui libère davantage les chevaux et facilite les reprises. Les suspensions Kayaba de la Factory «posent» aussi un peu plus la moto dans les difficultés.

D’une manière générale pour toutes les versions Factory, elles apportent incontestablement un plus par rapport aux WP des Racing, même si la différence n’est pas flagrante. Peut-être verrait-on une amélioration plus sensible à haute vitesse mais le parcours proposé, assez lent et technique, n’a pas permis d’en juger.

Avec la 300, je m’attendais à trouver la cylindrée parfaite. Juste ce qu’il faut de couple en plus par rapport à la 250 avec la même agilité. Et pourtant, cette dernière reste en retrait par rapport à la deux et demi. Pas de beaucoup mais on le sent aussi bien avec la Racing qu’avec la Factory. On gagne donc un peu en moteur mais on perd en vivacité.

Les 450 et 500 se laissent guider avec facilité dans les petites côtes techniques ou les grosses pierres de la rivière que nous empruntons mais on sent quand même de l’inertie à leur guidon et le frein moteur est relativement important. Comme toutes les autres machines, elles sont équipées d’un interrupteur au guidon permettant de choisir entre deux courbes d’allumage, l’une plus douce, l’autre plus agressive. Dans les conditions de notre essai, la première fut souvent la plus adaptée.

Deux temps

À la différence des modèles 4T, les 2T ne sont pas passés à l’injection et gardent un bon vieux carburateur. Comme pour toutes les motos de cet essai, elles sont équipées d’un démarreur électrique et dépourvues de kick. Suite à ces modifications sur le moteur, la 125 affiche une belle allonge dans les tours mais sa réponse à bas régimes manque un peu de netteté. Peut-être une question de réglages sur notre modèle d’essai. À son guidon, on prend cependant beaucoup de plaisir et on se régale de son miaulement aigu à chaque montée dans les tours.

La 250 brille par sa vivacité et se montre agréable mais elle réclame plus de métier pour en tirer la quintessence. En comparaison, la 300 est plus facile car elle accepte de se laisser mener plus en douceur en profitant de son gros couple qui démarre très bas. Elle est alors d’une redoutable efficacité. Un dernier mot concernant les freins d’une manière générale, aussi bien pour les 2T que les 4T: ils fonctionnent très bien et sont très progressifs mais on aimerait parfois un peu plus de mordant.

Conclusion

Les Sherco enduro cuvée 2020 affichent une belle présentation et sont des motos plaisantes à regarder. Bien finies et pourvues d’équipements de qualité, elles sont soignées dans les détails, particulièrement dans leur livrée Factory dotée de suspensions Kayaba.

Abouties et performantes comme le prouvent leurs nombreux bons résultats en compétition, elles soutiennent la comparaison avec les références du marché et représentent une alternative intéressante. Le constructeur de Nîmes, qui peut se targuer d’avoir la progression la plus rapide dans l’industrie moto tout-terrain, dispose d’une gamme complète et attractive, qu’on se le dise.

---

Les up

- Performances générales

- Qualité des équipements / look soigné

- Gamme complète

Les down 

- Freins manquant légèrement de mordant

- Distribution encore limitée

- 125 un peu pointue

Tarifs 2020

2 T

125 – 8.650€

250 Racing – 8.850€

250 Factory – 9.650€

300 Racing – 8.950€

300 Factory – 9.750€

4 T

250 Racing – 9.699€

250 Factory – 10.899€

300 Racing – 9.799€

300 Factory – 10.999€

450 Racing – 10.099€

450 Factory – 11.299€

500 Factory – 11.499€

 

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS