Essai Essai Pirelli Angel GT II: Feuille blanche

Article publié le 09/09/2019.

Le suffixe GT – pour Gran Turismo – évoque le plus souvent des vaisseaux amiraux taillés pour l’autoroute et offrant une protection contre le vent digne des Vérandas Willems. Avec le Pirelli Angel GT, il en va tout autrement puisque ce pneu est dédié au segment Sport-Touring. Six ans après avoir lancé la première génération de l’Angel GT, Pirelli présente son évolution.

Et ce nouveau «boudin», nous avons pu le tester en Sicile, pendant 156 kilomètres sur les flancs de l’Etna et dans ses environs. Par une température de 30°C et sur des routes totalement sèches. L’état du réseau routier sicilien nous a franchement rappelé celui de nos routes belges. Nous avons donc alterné entre trous et emplâtres. Jouer pleinement la carte du segment Sport-Touring n’a rien d’évident pour la majorité des manufacturiers.

En effet, ces pneus doivent à la fois se montrer endurants, performants sur sol sec et sur sol mouillé mais également briller par leur constance et leur agilité à l’inscription en courbe. Pour cocher toutes les cases, plutôt que de se baser sur l’Angel GT de première génération, Pirelli a étonnamment choisi de repartir d’une feuille blanche. La marque italienne a donc développé une nouvelle carcasse à tension variable, se reposant sur la technologie des pneus «Intermédiaires» utilisés en WorldSBK. Cette architecture doit garantir un meilleur retour d’information et permettre une déformation du pneu variant selon la position de la moto, relevée ou sur l’angle en virage. Soit deux situations où les forces exercées sont totalement différentes. Surtout avec les motos relativement lourdes.

Update

Pirelli propose aussi de nouveaux mélanges de gomme à haute teneur en silice, ce qui rehausse l’adhérence sur sol mouillé. Les spécificités du mélange de gomme et l’utilisation de cette nouvelle carcasse ont permis à Pirelli de revenir à un seul mélange de gomme à l’avant.

L’avantage, c’est qu’après quelques milliers de kilomètres, on évite cette usure apparaissant généralement juste au niveau de la zone séparant les mélanges de gomme dure et de gomme tendre, ce qui ne manque jamais de provoquer des vibrations très désagréables au niveau de la roue avant. À l’avant toujours, les sculptures radiales sont un héritage des pneus Pirelli Diablo Wet/Intermediate. Ces sillons ont pour vocation d’évacuer l’eau de manière plus efficace, mais aussi d’uniformiser l’usure.

Les nouveaux Angel GT II ont également été optimisés en fonction des assistances électroniques désormais omniprésentes sur les motos modernes, qu’il s’agisse de l’ABS ou de l’antipatinage. Ce nouveau Pirelli a donc été aussi pensé pour chercher l’adhérence en tenant compte de l’électronique. Un excellent point.

Semelles agiles

Au moment de nous élancer sur la route pour découvrir ce pneu, le soleil est déjà présent, le thermomètre indique 23°C malgré l’heure matinale et il n’y a aucun nuage à l’horizon. Dans ces conditions (presque optimales), la mise en température des pneus est quasiment immédiate et nous pouvons directement nous laisser impressionner par le niveau de grip offert, tant au niveau du pneu avant que du pneu arrière. Sur des routes qui feraient même peur à des Belges tellement elles sont garnies de trous, de bosses, de pommes de pin ou de poussière: pas la moindre perte d’adhérence ou «virgule» à signaler.

Le Pirelli Angel GT met tout de suite en confiance lors de la mise sur l’angle tout en restant très réactif en virage. Je ne vais pas prétendre que l’on peut ressentir précisément le moment où l’on passe d’un composé à l’autre à l’arrière. Ce mélange de gomme est réparti en trois zones de 37,5%/ 25%/ 37,5% avec une teneur 100% silice pour les deux «flancs» et un mélange de 50% silice et 50% noir de carbone pour la bande centrale de roulement. Mais à partir d’un certain angle, on peut aisément «coucher» la moto tout en la contrôlant parfaitement. Après quelques virages de «test» pour mesurer l’adhérence, on se prend au jeu et on plonge franchement sur l’angle.

Conclusion

Cet Angel GT II se révèle donc être un digne héritier de l’Angel GT de première génération. Avec toutefois une réserve puisque nous n’avons pas vu la moindre goutte de pluie lors de notre essai. Et nous ne pouvons donc rien vous dire sur ses performances sur le mouillé, alors que c’est précisément l’un des arguments auxquels tenait Pirelli. Entretemps, nous avons reçu une invitation pour tester ce pneu sur un revêtement mouillé. On vous tient informés.

Tailles disponibles

Avant

120/60 ZR17 - 55W

120/70 ZR17 - 58W

120/70 ZR17 - 58W*

120/70 R19 - 60V

Arrière

150/70 ZR17 - 69W

160/60 ZR17 - 69W

170/60 R17 - 72V

170/60 ZR17 - 72W

180/55 ZR17 - 73W

180/55 ZR17 - 73W*

190/50 ZR17 - 73W

190/50 ZR17 - 73W*

190/55 ZR17 - 75W

190/55 ZR17 - 75W*

* Version avec carcasse adaptée pour les motos plus lourdes.

Les up

- Excellent grip sur sol sec

- Mise sur l’angle aisée

- Répond à l’évolution électronique

Les down

- Grip sur sol mouillé à valider

- Longévité à valider

- On cherche

Disponibilité: immédiate

Prix: voir distributeur

TEXTE: Jelle Verstaen

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS