Essai Gants Tucano Urbano Handwarm

Par Bruno Wouters. Article publié le 29/11/2019.

Tout le monde ne dispose pas de poignées chauffantes, un accessoire opportun à l’amorce de l’hiver. Heureusement qu’il reste la solution des gants chauffants, une alternative bienvenue!

Pour tous ceux qui ne limitent pas la pratique de la moto ou du scooter aux seuls beaux jours viendra toujours à minima la délicate expérience des petits matins froids, voire, pour les plus mordus d’entre vous, des randonnées hivernales.

Hors équipement de qualité vous protégeant de la morsure du froid, point de salut. Et, parmi les parties les plus exposées, les mains figurent en bonne place. Si les poignées chauffantes proposent une solution efficace, peu de machines en sont dotées de série, voire même en option. Demeure alors l’alternative d’un montage « after-market », pas toujours simple ou attractive.

Reste alors la solution des gants chauffants, avec un choix très large, des propositions les plus simples aux plus sophistiquées. Le mieux étant souvent l’ennemi du bien, nous avons testé pour vous les gants Handwarm proposés par l’équipementier italien Tucano Urbano. Il n’est pas inutile de rappeler que Tucano Urbano est né à Milan avec pour objectif de faciliter la vie des citadins.

Dans cette optique, il n’était pas question de proposer un produit compliqué à l’usage. Ici, un gros bouton sur chaque gant, une pression de trois secondes pour enclencher le chauffage, une autre pression de durée identique pour l’éteindre, e basta cosi !

Réglage ? Quel réglage ? En ville, pas besoin de s’encombrer de ça ! Et de fait, en ville, les Handwarm font parfaitement leur boulot ! Faciles à enfiler, confortables comme une bonne paire de pantoufles, chauds même sans l’apport de la résistance, ils remplissent parfaitement leur office !

Sortis des embarras citadins, cette paire de Tucano Urbano continue à faire bonne figure. L’absence de réglage ne constitue pas un gros handicap mais pour les éteindre, pas trop facile par contre de maintenir trois secondes la pression sur le bouton, surtout quand il s’agit de lâcher la poignée de gaz. Mieux vaut profiter d’un arrêt, ce qui ne pose jamais de problème en ville, leur terrain de jeu initial.

L’autonomie permet des étapes de trois heures trente, suffisant pour un navetteur, un peu moins pour les voyageurs. Le plus gênant réside dans le revêtement de la paume qui n’offre guère de grip, sans doute leur principal défaut sur un long trajet. Après, on pourra encore ergoter sur l’absence d’un cordon de serrage à l’extrémité du manchon en cas de forte pluie, une condition à laquelle nous avons échappé lors de notre essai. Une sangle à velcro permet par contre d’ajuster les poignets et la longueur du manchon permet de couvrir aisément les extrémités de la veste.

Les batteries lithium 7,4V/2.200mAh se rechargent via une prise Jack et un chargeur dédié à deux Jacks, comme pour la plupart de ses concurrents : dommage de ne pas disposer de ports USB, un standard tellement répandu qu’il en aurait facilité les possibilités de recharge…

Coloris: noir – Tailles: du XS au 2XL – Tarifs: 189€

Infos: Tucano Urbano

Trouvez votre revendeur le plus proche

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS