Essai Honda SH300i 2016, taillé pour la périphérie!

Par Gwendal Salaün. Article publié le 13/04/2016.

Best-seller européen, le Honda SH s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires en 30 ans. Après le modèle 125cc, revu en 2013, c’est au tour du SH300 d’évoluer. Nouveau design, coffre plus grand, smart key et moteur Euro4… il ne manque pas d’atouts pour convaincre!

Cette troisième génération du «grandes roues» 300cc Honda conserve bien sûr les fondamentaux de ses prédécesseurs, à commencer par ses grandes roues de 16 pouces, son pratique plancher plat (accroche-sac prévu), son long porte-paquet avec ergots et ses proportions contenues, qui lui confèrent un rapport poids/puissance avantageux. Déjà avenant, son look évolue encore avec des formes plus complexes et «musclées», des inserts chromés (plastique) sur les flancs du carénage, des formes de tablier et d’habillage de plancher plat plus harmonieuses et une face avant plus stylée intégrant des feux à diodes. On note aussi une selle redessinée, de nouveaux repose-pieds passager escamotables, un marquage chromé sur les côtés et de nouvelles jantes (avec valve coudée à l’arrière).

Le meilleur reste pourtant à venir, dissimulé sous ce joli carénage. Le SH300i millésime 2016 bénéficie en effet d’un cadre tubulaire acier modifié afin d’augmenter la capacité du coffre sous selle. Ce dernier peut à présent accueillir un casque intégral et se dote même d’une prise 12 volts. L’empattement augmente sensiblement (+16mm) au passage, pour plus de stabilité. Autre changement marquant, l’apparition d’une «smart key», qui autorise le démarrage du scooter et l’ouverture du coffre à moins de 2 mètres, via un contacteur rotatif au tablier ou un bouton dédié pour la selle. En cas de panne batterie, une ouverture «mécanique de la selle» reste possible via une petite clé hexagonale fournie. L’instrumentation de bord évolue peu, conservant un large tachymètre central, des jauges de température d’eau et de niveau d’essence, un petit cadran digital (totaliseur kilométriques, trips, horloge, indicateurs de conso moyenne et instantanée) et divers voyants. Toujours pas de commande de défilement au guidon, ni d’ailleurs de warning. Sur la gauche du tablier on trouve encore un minuscule vide-poche, non verrouillable.

 

Beau et civilisé

Prêté par Honda dans sa version accessoirisée, avec top-case de 35 litres, pare-brise haut et protège-mains, le nouveau SH300i a fière allure. La ligne est superbe et le niveau de finition excellent. On n’en attendait pas moins d’un scooter à ce prix. En prenant place à bord, une première constatation s’impose: le pare-brise haut est un peu trop incliné et proche du casque du conducteur dans sa partie haute. Ça passe mais tout juste lorsqu’on incline légèrement le buste en avant, notamment en courbe, ou à l’occasion d’un freinage brusque. Légèrement rehaussée (20mm), la selle permet encore à un conducteur de 1,78m de poser les deux pieds au sol et offre une assise confortable, même au niveau du passager. Pour s’élancer, smart key en poche, il suffit de tourner la molette de contact et d’actionner le démarreur. Le SH300i s’ébroue immédiatement, en toute discrétion.

Dès les premiers tours de roues, on retrouve la maniabilité et l’agilité du millésime précédent, ainsi que sa capacité à effectuer un demi-tour dans un mouchoir de poche, guidon en butée. La stabilité en ligne est excellente, les grandes roues de 16 pouces survolant avec aisance les pavés et autres imperfections du revêtement routier… d’autant mieux que la suspension paraît moins souple et mieux freinée que précédemment, ce qui contribue à une impression de confort accrue. Surtout sur cette version accessoirisée, où l’on profite d’une meilleure protection au vent du conducteur. Revers de la médaille, cet équipement altère quelque peu la stabilité de l’engin à haute vitesse, avec des remous perceptibles mais pas trop pénalisants. Notez que le tablier étroit dans sa partie basse oblige à bien rentrer les jambes pour être totalement abrité. En courbe, le SH300i peut heureusement compter sur la relative rigueur de son châssis tubulaire acier, associé à un robuste bras oscillant en fonderie d’aluminium, ainsi que sur le grip convainquant des polyvalents pneumatiques Metzeller Feelfree Wintec qui l’équipent. Le feeling et le dosage du freinage restent par ailleurs très corrects, malgré une attaque au levier un peu plus incisive qu’avant et un transfert de masses plus important sur la fourche lorsqu’on freine brusquement du seul frein avant. Les puristes regretteront ici l’abandon du freinage CBS-ABS au profit d’un ABS non combiné, certainement moins coûteux.

 

Performances en baisse

Le passage à Euro 4 du monocylindre Honda n’est évidemment pas sans conséquences sur les performances du SH300i, qui voit baisser sa puissance (-2,2ch) et son couple maxi (-1Nm). Un couple maxi toutefois obtenu 1.000tr/min plus tôt, pour une meilleure réactivité à bas et moyens régimes, au détriment de la vitesse de pointe. À l’usage, ce n’est pas flagrant, surtout comparé à la vivacité de mon propre SH300i millésime 2008 qui part encore comme une balle à la moindre rotation de la poignée… Pour autant, l’agrément d’utilisation du SH300i 2016 s’avère bon, avec des accélérations franches, une montée en puissance vigoureuse et une vitesse de pointe maximale de 140km/h compteur bien lancé. Largement de quoi assurer des trajets interurbains quotidiens en toute quiétude, sur routes comme sur les voies rapides. Contrepartie de cette légère baisse de puissance, le moteur Honda voit son efficacité énergétique améliorée (8,8%) grâce à l’emploi de technologies antifrictions, de nouveaux profils de cames, d’un alternateur moins puissant et à un nouvel ajustements de la pression d’huile. Résultat, une baisse de consommation significative annoncée à 3l/100 km (norme WMTC) par le constructeur, réellement plus proche des 3,4l/100 lors de cet essai, soit une autonomie d’environ 265km réserve incluse.

 

Conclusion

En définitive, le choix d’un Honda SH300i pour appréhender la ville et sa périphérie au quotidien demeure plus que pertinent. Ne serait-ce que pour son gabarit compact, sa grande maniabilité et son moteur encore vigoureux. Son prix de 5.399€ peut certes sembler élitiste à certains mais il se montre finalement en phase avec ceux de ses concurrents directs, Piaggio Beverly Sport Touring 350 à 5.299€ ou encore Sym Citycom 300 S (moins puissant et sans ABS) à 4.599€. 

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS