Essai SYM Maxsym TL: entre sport et GT

Par Laurent Cortvrindt. Article publié le 13/12/2019.

Le redéveloppement de la gamme Sym se poursuit avec un quatrième maxiscooter essayé en peu de temps. Après l'urbain élégant HD300 et les modernes Joymax-Z 125 & 300, montons à présent en gamme et en cylindrée avec le Maxsym TL.

Lorsque le bus nous dépose sur notre lieu d'essai, je découvre neuf Sym Maxsym TL parfaitement alignés. Les trois couleurs disponibles au catalogue sont représentées avec des exemplaires en Shiny White, en Mat Black et en Mat Blue. Cette dernière livrée va m'emmener sur une fausse piste: avec son carénage peint en bleu mat, le Maxsym TL me fait furieusement penser au Yamaha TMAX. Et le dessin du siège et de la boucle arrière n'est pas étranger à cette impression.

Mais en y regardant de plus près, je découvre aussi des relents du AK550 de Kymco. Avec ce 400cc, Sym viendrait-il chasser sur le terrain du scooter sportif grosse cylindrée? En fait, non. Si, visuellement, ce Maxsym TL se rapproche bien des deux cadors de la route que sont l'AK et le TMAX, Sym a voulu concevoir un maxiscooter à la fois fun à conduire, confortable et maniable. Le focus du département recherche et développement a donc été mis sur la performance dynamique, un look sportif, l'agilité et la stabilité.

Comment? En fusionnant le meilleur de deux mondes: la légèreté des monocylindres de 300cc aux capacités des bicylindres de plus de 500cc. «In fine», le Maxsym TL se positionne entre deux types de scooter, avec pour objectif de vous aider à vous déplacer d'un point A à un point B… mais non sans un certain plaisir.

Intelligent

Même si, de près, l'ambiance générale reste très plastique avec quelques jonctions parfois grossières, le Maxsym TL présente globalement bien grâce à son joli look moderne fait de masses compactes et de lignes acérées, sans oublier les phares LED désormais incontournables.

Assis sur le scooter, je constate avec surprise que celui-ci ne bouge pas d'un millimètre. Intelligent: le frein arrière s'enclenche dès que la béquille latérale est sortie. Une sorte de frein de parking automatique. La bulle, déjà bien haute, peut s'ajuster sur deux positions. Mais en boulonnant, donc à l'arrêt, et avec des outils. La selle s'avère ergonomique et confortable, avec le renfort d'un petit coussin permettant de caler le bas du dos. En dessous, par contre, c'est la déception.

Si l'ouverture se révèle assistée d'un vérin et éclairée, seul l'arrière de la boucle arrière permet de stocker ses effets. Un casque intégral, certainement, mais je doute que deux jets rentrent, comme le précise notre hôte portugais. À vérifier. Sur le tablier, deux vide-poches non verrouillables sont également proposés. Un minuscule, à gauche, et un très étroit mais plus profond et doté d'une prise USB, à droite.

Au-dessus du guidon: un tableau de bord moderne avec son écran TFT de 4,5 pouces dont l'affichage peut être modifié et dont la luminosité s'adapte automatiquement en fonction des conditions d'éclairage. Toutes les infos importantes sont reprises, à l'exception de la consommation moyenne et de la température de l'air.

Dynamique

Une fois n'est pas coutume, nous évoluons sur des routes dans un état similaire à celui que nous connaissons en Belgique. En clair: des chaussées défoncées. Idéal pour tester les suspensions et noter le confort apporté par l'arrière ainsi que le bon feeling renvoyé par le train avant. Sur un scoot, j'adore rouler jambes tendues. Et sur ce Sym, je suis servi, je peux les tendre de tout leur long. Ceux qui préfèrent rouler jambes pliées devront, quant à eux, s'accommoder d'une positon des pieds relativement avancée.

Je regrette, par contre, la faible protection du tablier. Il fait à peine 6°C et la fraîcheur titille immédiatement mes jambes. Heureusement, mon buste et mon casque s'abritent comme il faut derrière la bulle.

Grâce à sa répartition des poids 50/50 et son moteur central, le Maxsym fait preuve d'une belle maniabilité. Ses 223kg en ordre de marche se commandent aisément et, même si notre parcours fut exclusivement rural, on peut raisonnablement se dire qu'il se jouera sans problème des embarras urbains. La tenue de cap s'avère également excellente.

Nous avons sollicité le bloc (139km/h annoncés, plus de 160 compteur en «piqué» et 145 «à fond» en côté) sur de longues courbes: rien, le Maxsym reste imperturbable et conserve parfaitement sa ligne. Sur les phases d'accélération, le bicylindre en ligne se fait quelque peu désirer jusque 30km/h avant de se réveiller. On ne craint donc pas de voir la roue arrière se dérober à la remise des gaz malgré l'absence de contrôle de traction. Heureusement, les reprises à plus haut régime, par exemple pour effectuer un dépassement, se montrent plus franches.

Mais clairement, on sent ici que le Maxsym TL ne peut rivaliser avec l'AK et le TMAX à qui il rend quelques chevaux et, surtout, de la cylindrée. Enfin, à titre personnel, j'aurais souhaité davantage de mordant sur le frein avant, mais pour le grand public, la progressivité sera certainement idéale.

Quelques interrogations

Il est temps à présent d'attirer votre attention sur quelques inconnues. La présentation de ce Maxsym TL s'est déroulée par une journée humide et froide sur les hauteurs de Caramulo, au Portugal. Avec un brouillard parfois bien présent… également autour des fiches techniques conservées secrètement par les ingénieurs de Sym.

Tout d'abord, aucun prix officiel n'a été confirmé. Aucune date précise d'arrivée chez les concessionnaires n'a également pu être obtenue. Le Maxsym TL serait néanmoins attendu pour la fin du premier trimestre 2020 dans le réseau belge. Le dossier technique ne renseigne également aucune donnée concernant la consommation. Et comme une partie des informations de conduite ne s'affichaient pas sur nos tableaux de bord, comme la consommation, précisément, mais aussi la vitesse moyenne, difficile de vous donner une estimation.

Un problème de software sur nos machines de pré-production, selon les explications des ingénieurs. Enfin, toujours sur la fiche technique, aucune trace des valeurs de débattement. Bref, pas mal de petites (et de grosses) choses à vérifier dès que possible…

Conclusion

Dès lors, tirer des conclusions quand une donnée clé comme celle du prix n'est pas encore fixée relève de l'exercice complexe. Si le tarif pour la Belgique se cale, comme entendu, entre 8.000€ et 8.500€, le Maxsym TL risque de connaître une carrière commerciale compliquée face à ses réels concurrents: le Kymco Xciting S400i, proposé à 6.299€, ou le Yamaha XMAX 400, vendu à 6.999€.

Aussi, avant de procéder à un jugement erroné et en attendant que le brouillard se lève chez Sym, retenons ce que nous avons pu tester et vérifier.

---

Les up

- Confort d'assise

- Agrément moteur

- Tenue de cap

Les down

- Protection des jambes

- Volume de chargement

- Quelques inconnues…

Prix de base: NC

Consommation: NC

Disponibilité: début 2020

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS