Essai Vespa Primavera 125 & Sprint S 125: la jeunesse éternelle!

Par Bruno Wouters. Article publié le 19/06/2018.

Revues pour 2018, encore plus belles et bien campées sur leurs roues de douze pouces, les «guêpes» ne dédaignent ni la modernité ni la connectivité!

Fascinante histoire que celle de la «guêpe»! Née en 1946 d'un besoin de mobilité à bas coût dans une Europe ruinée par la guerre, elle connût un succès immédiat. Celui-ci sera battu en brèche avec le retour de l'opulence et l'accès de tout un chacun à l'automobile. Les temps devinrent plus durs pour Pontedera mais une image forte et une distribution mondiale permirent à l'usine de traverser cette crise, contrairement à (presque) tous ses concurrents.

Leur style italien, leur côté «vintage» irrésistible mais authentique et des cités au bord de l'asphyxie assurent aux produits de la marque italienne une réussite sans faille. Couronnée de succès dès son lancement en 1968 – eh oui, un vent de révolution a soufflé aussi à Pontedera! – la Primavera se voulait jeune et innovante, une véritable bouffée d'air frais dans un monde alors avide de changement.

Et l’histoire a duré jusqu’en 1982, avant de renaître en 2014 pour remplacer la LX, avec une ligne splendide évoquant par plusieurs aspects l’inaccessible et sculpturale 946.

Che bella!

En détaillant nos «guêpes» sagement garées devant l’hôtel, je ne me lasse pas d’admirer une finition qui laisse pantois. Emboutis de tôle hyperajustés et parfaitement laqués, réduction drastique des éléments en plastique, finition et coloris de la selle, commandes au guidon sur des pièces en métal poli, raffinement des tableaux de bord généreux en informations… pas un scooter sur le marché ne peut concurrencer ces Vespa en termes de qualité d'exécution.

Un sans faute et, incontestablement, un point fort de la Primavera et de la Sprint! Le dossier de presse parle de style précieux, et on ne peut lui donner tort. Le dessin raffiné des flancs arrière, avec ses surfaces convexes et concaves, joue avec la lumière. Il souligne une forme allongée, un discret clin d'œil aux premières Vespa, et répond à un tablier affiné mettant en valeur la colonne de direction, encore une évocation du passé.

L'élégance se niche partout, il suffit de détailler la poignée de maintien soulignant de chrome la selle, les discrets clignotants de taille réduite et parfaitement intégrés à fleur de la carrosserie, un éclairage full LEDs cerclé de chrome, ou encore l'élégant dessin des roues de douze pouces. Admirons enfin la palette des coloris proposés, alternant des finitions mattes ou brillantes, des teintes magnifiques qui jouent avec les différentes couleurs retenues pour la selle, bien éloignées du sempiternel noir.

Moderna

Qualifiée de «petite» Vespa face à la «grande» GTS, la Primavera se montre pourtant accueillante et logeable, avec un coffre sous la selle capable d’accueillir un intégral (pas trop gros tout de même), ainsi qu’un rangement dans le tablier. Deux espaces verrouillables.

La Sprint se profile comme une variante plus jeune et plus sportive de la Primavera et se reconnaît au premier regard par son phare rectangulaire et quelques détails de traitement spécifiques, comme le dessin des jantes, des poignées de maintien, de la selle ou de la «cravate» qui relie le phare au garde-boue avant. Pour ses cinquante ans, la Primavera se distingue par l’adoption de jantes 12 pouces d’un dessin différent, et plus élégant à mon goût, de celles déjà acquises par la Sprint.

Dans la foulée apparaît, tant pour la Primavera que pour la Sprint, une version «S» qui intègre un tableau de bord entièrement numérique avec un écran TFT couleur de 4,3 pouces, plus généreux en informations et interface de la dernière version de la plateforme mutimédia Vespa.

De quoi rouler connecté à votre Smartphone et à votre guêpe (commandes vocales, appels, lecture de musique…), pour ceux que ça branche. L’écran se commande via un bouton multifonctions à main droite.

Outre la Primavera, la Sprint (4.769€) et les versions «S» de celles-ci (5.169€ et 5.269€), la gamme compte encore une version 50th Anniversary (4.769€) et une variante Touring (4.819€) de la Primavera. Pour être complet, sachez, et c’est important au vu de la frilosité habituelle des constructeurs en ce domaine, que la Primavera est livrable en six coloris et deux tons de selle, la S en trois couleurs mattes et deux de selle, l’Anniversary en deux couleurs dont la bleue qui illustre cet essai, la Touring en deux couleurs, la Sprint dispose de quatre couleurs et la Sprint S se distingue par deux teintes mattes et le gris de la machine essayée.

Evasione

Dans les rues de Pise, la Primavera se sent comme un poisson dans l'eau! Prompte à démarrer au feu rouge, elle s'arrache avec entrain jusqu'à un bon 60-70km/h avant de progresser plus calmement vers une vitesse de pointe qui doit avoisiner un bon 100km/h. Bien vite sorti de la ville, notre petit convoi part à la découverte de la campagne environnante et dévoile une nouvelle facette de la «petite» Vespa!

Avec ses roues de douze pouces, elle n’a plus rien à envier aux «grandes» GTS, nanties de roues du même diamètre, en termes de stabilité et de comportement. Reines de la ville par leur gabarit mesuré et leur diabolique agilité, la Primavera et la Sprint peuvent sans rougir prendre la clef des champs, pour notre plus grand bonheur.

Le caractéristique train avant monobras à balancier absorbe avec sérénité les aléas du revêtement et, cerise sur le gâteau, le système ne connaît pas les effets de plongée d'une fourche télescopique classique au freinage, un petit «plus» bien agréable. Rien à dire par ailleurs sur le freinage, suffisamment puissant et endurant. Attention toutefois, l’ABS n'agit que sur le disque avant, pas sur le tambour arrière. Prudence donc!

Conclusion

La Primavera et la Sprint réussissent ce tour de force, chacune dans leur style – classique et intemporel pour la Primavera, plus «djeune» pour la Sprint – de mêler avec talent une finition et un style raffinés au respect d'un riche passé, en offrant un produit parfaitement adapté à la ville mais désormais aussi aux escapades bucoliques. Difficile de résister à une telle proposition! So Vespa…

Prix de base: 4.669€ & 5.269€

Consommation annoncée: 2,3l/100km

Disponibilité: immédiate

Les up

- L’originale

- Qualité de fabrication

- Choix de modèles & couleurs

Les down

- ABS uniquement sur l’avant

- Absence de béquille latérale

- Écran TFT un peu gadget sur les «S»

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS